Lorsqu’on l’on parle d’entretenir son gazon, le désherbage est vraisemblablement la tâche la plus ingrate. En effet, traquer les mauvaises herbes et les arracher est particulièrement rébarbatif. Mais c’est malheureusement une tâche nécessaire, non seulement pour la beauté de la pelouse, mais aussi pour sa santé.

En effet, habituellement on désherbe uniquement sa pelouse pour des raisons esthétiques. Quel plaisir de voir un gazon dense et homogène, sans qu’une mauvaise herbe ne vienne gâcher le tableau. Mais en plus de cet aspect visuel, il faut savoir que le désherbage permet aussi de renforcer la santé du gazon, en fortifiant les herbes. Car les mauvaises herbes sont porteuses de maladies pour les herbacées de votre gazon. Aussi, si on ne désherbe pas, les mauvaises herbes vont s’installer, affaiblir votre gazon et le coloniser lentement mais sûrement.

Ces mauvaises herbes, que l’on nomme aussi adventices, sont en fait les habitantes « légitimes » de votre jardin. Elles poussent naturellement, contrairement à l’herbe de votre pelouse qu’il a fallu planter. Elles sont parfaitement adaptées aux conditions climatiques. Il en existe de différentes sortes : des plantes qui vivent uniquement un an, comme le chardon, et d’autres plus pérennes, comme les ronces ou les orties. On trouve aussi les mousses, qui sont, comme les végétaux précédents, des indésirables dans la pelouse.

On conseille habituellement de désherber de sa pelouse une à deux fois par an. Le moment le plus important est au début du printemps, quand les plantes sortent de leur sommeil et reprennent leur croissance. Mais il est aussi utile de réaliser un désherbage vers la fin de l’automne, lorsque les plantes se préparent pour la période hivernale, afin de laisser une pelouse bien nette et saine.

Pour désherber, plusieurs méthodes existent. On choisira celle qui conviendra le mieux à notre terrain, suivant le degré de colonisation de la pelouse par les mauvaises herbes :

  • le désherbage manuel se fait à l’aide de gants, éventuellement aussi avec un couteau désherbeur, en prenant bien soin de supprimer toutes les parties des adventices, notamment les racines, et d’enlever le moins de terre possible.
  • le désherbage chimique se fait en utilisant un produit de type herbicide, qui peut être générique ou au contraire ciblé sur un type de plante (conçu pour éliminer les chardons par exemple) ou une partie bien précise (ses racines par exemple)
  • le désherbage thermique consiste à brûler les mauvaises herbes pour les affaiblir, puis à répéter l’opération jusqu’à ce celle-ci tombe malade et meure
    la scarification est plus ciblée pour lutter contre la mousse

Pour lutter contre la pollution, et faire des économies, on peut aussi fabriquer son propre désherbant, à partir de produits du quotidien comme l’eau des pâtes ! Mais avant de voir ça plus en détail, commençons par le commencement. Pourquoi faut-il désherber son jardin ?

Pourquoi désherber son jardin ?

En général, on ne choisit pas de désherber son jardin par passion. C’est une tache ingrate, rébarbative, où il faut constamment se baisser, qui fait mal au dos etc. Alors pourquoi désherbe-t-on ? Après tout, ne peut-on pas laisser quelques mauvaises herbes dans son gazon, pour donner un côté rustique ?

D’un point de vue strictement visuel, on pourrait en effet laisser les mauvaises herbes pousser dans le gazon. On obtiendrait vite une pelouse emplie de chardons, couverte de mousse, qui ne serait évidemment pas aussi jolie qu’une pelouse bien entretenue, dense et verte, sans aucune plantes parasites. Mais d’un point de vue esthétique, si on s’accommode de cet aspect sauvage, on pourrait très bien ne pas désherber son terrain. Pourtant, sans le savoir, cela aura aussi un impact sur la santé des herbacées de votre pelouse.

En effet, comme les mauvaises herbes se développent mieux que les herbes du gazon, elles vont peu à peu les asphyxier. C’est la loi de la jungle, la nature qui reprends ses droits. Les mauvaises herbes vont petit à petit se développer, en puisant dans le sol les éléments dont elles ont besoin : eau, sels minéraux etc. Leurs feuilles vont aussi se développer, et elles vont masquer le soleil aux herbacées situées juste à côtés d’elles. Petit à petit, elles vont donc priver votre gazon d’éléments indispensables à sa bonne santé.

On est en présence d’un cercle vicieux : les mauvaises herbes tuent peu à peu les herbacées, ce qui fourni des éléments nutritifs et de la place pour de nouvelles mauvaises herbes. Il est donc très important de procéder à un désherbage, pour enrayer ce phénomène.

Un dernier point à noter : les mauvaises herbes peuvent favoriser le développement de maladies. En effet, comme elles sont bien adaptées à l’environnement, elles peuvent être insensibles à certaines germes, mais néanmoins les véhiculer et les transmettre aux herbes de gazon, qui sont plus fragiles.

Qu’est ce qu’une mauvaise herbe ?

Ce qu’on appelle mauvaise herbe est en fait une plante qui pousse naturellement, à l’opposé des herbacées de votre pelouse qu’il a fallu semer, qu’il faut arroser etc. Ce sont des végétaux parfaitement adaptés aux conditions de votre terrain : à la texture du sol, au climat, au taux d’humidité, au degré d’ensoleillement etc.

Ces mauvaises herbes, que l’on nomme aussi adventices, sont donc les « habitantes naturelles de votre terrain ». Si on laissait votre pelouse sans entretien, le nombre de ces adventices augmenterait, et, comme on l’a vu, finiraient par coloniser tout le gazon, car elles s’adaptent très bien aux conditions. Aussi, la mauvaise herbe, comme le pissenlit, va presque toujours prendre le pas sur l’herbe de gazon, comme la fétuque. En effet, elle accédera plus facilement aux éléments nutritifs et à l’eau contenus dans le sol, sera mieux armée pour lutter contre les maladies ou la sécherre, aura besoin de moins de soleil que l’herbacée etc.

Le désherbage est donc inévitable si l’on ne veut pas que sont terrain soit colonisé par ces herbes indésirables. Avant de voir quelles sont les solutions pour désherber facilement son terrain, intéressons nous aux différents type d’adventices.

Les différents types de mauvaises herbes

On observant la durée de vie des mauvaises herbes, on peut distinguer deux catégories : les plantes vivaces et les plantes annuelles :
les plantes vivaces, que l’on nomme aussi plantes pérennes, restent vivantes plusieurs années de suite. C’est le cas par exemple des orties, du lierre, des pissenlits, des ronces etc.
les plantes annuelles vivent uniquement une saison. Elles poussent beaucoup plus vites que les plantes vivaces, et cherchent à se fleurir et germer rapidement. Il faut donc les arracher avant qu’elles n’aient réussi !

On peut aussi classer les mauvaises herbes de cette manière :
certaines ont des feuilles larges, comme le pissenlit ou le chardon. En se développant, elles étouffent le gazon.
d’autres prolifèrent très vite et créent une sorte de tapis, souterrain ou non. C’est le cas du trèfle et des ronces.

On peut aussi inclure les mousses dans la famille des mauvaises herbes, car ce sont aussi des indésirables. Ces organismes végétaux s’installent et prolifèrent rapidement. Elles sont aussi le signe d’un déséquilibre : une terre trop humide, un terrain pas assez exposé au soleil, un sol mal aéré, trop compact ou trop acide, etc.

Quelques mauvaises herbes

  • le pissenlit est sans doute la mauvaise herbe la plus reconnaissable, avec son jaune vif, sa tige duveteuse et ses grandes feuilles. Ses racines s’enfoncent verticalement dans le sol, et peuvent mesurer jusqu’à deux mètres. Il ne faut donc pas traîner pour éviter qu’elles ne se développent trop.
  • les liserons : ses plantes rampantes très communes sont reconnaissables par leurs fleurs colorées (roses, bleues ou blanches). Ses racines sont peu profondes. Il ne faut pas tarder pour l’arracher, car les étouffent rapidement toute la végétation aux alentours.
  • les orties : reconnaissables grâce à ses feuilles piquantes, les orties forment des buissons et asphyxient rapidement touts les autres végétaux. Ces plantes vivaces doivent être détruits rapidement, car elles prolifèrent très vite.
  • les ronces peuvent elles aussi proliférer assez vite et former un épais buisson. Il faut s’en débarrasser sans tarder, en faisant attention à ses épines qui couvrent ses tiges. Ses racines sont peu nombreuses mais difficile à déloger.
  • le chiendent est plus difficilement détectable, car il ressemble à l’herbe que l’on trouve dans la pelouse. Il forme des touffes et se sert de ses racines pour proliférer dans tout le terrain. Un désherbage chimique peut être plus adapté qu’un arrachage manuel, pour être sur de bien éliminer aussi ses racines cassantes.
  • le chardon est une plante annuelle. Sa racine pousse profondément et étouffe petit à petit la végétation environnante. Un couteau désherbeur peut s’avérer utile pour déloger cette racine.
    le trèfle est une plante vivace qui pousse en grappe. Assez prolifique, il vaut mieux la stopper assez rapidement, pour ne pas qu’elle puisse étendre ses racines et son empire !

Quand désherber et à quelle fréquence

Dans des conditions normales, désherber son gazon une à deux fois par an suffit. Les mauvaises herbes n’auront pas le temps de se développer, donc elles seront faciles à arracher. Car n’oubliez pas qu’il est toujours plus facile d’arracher une mauvaise herbe quand elle est petite, et que ses racines ne sont pas profondes, que l’inverse.

Voici les périodes idéals pour le désherbage de sa pelouse :

  • au printemps, quand les mauvaises herbes se réveillent et reprennent leurs croissances. Si vous ne pouvez désherber qu’une fois dans l’année, c’est cette période, située après l’hiver, qui sera la plus utile.
  • vers la fin de l’automne. On va ainsi nettoyer le terrain avant la période hivernale.

On peut aussi désherber pendant l’hiver si on le souhaite, quand le temps est ensoleillé et pas trop froid, pour ne pas que ce soit trop désagréable. Cela permettra de stopper les mauvaises herbes qui se seraient installées.

Comment arracher les mauvaises herbes

Plusieurs solutions existent pour arracher les mauvaises herbes : manuellement (avec ou sans aide d’un outil), en s’aidant d’un produit chimique, en les brûlant… On va choisir en fonction du degré selon lequel la pelouse est envahie :

  • si on trouve peu de mauvaises herbes, par exemple on a uniquement un chardon au milieu de la pelouse, on pourra l’arracher à la main (avec des gants) en s’aidant éventuellement d’un couteau désherbeur ou d’un tire racine. Le couteau désherbeur est particulièrement utile pour les plantes à racines pivotantes, comme le pissenlit.
  • si la prolifération des adventices est abondante par endroit, il faudra passer aux choses plus sérieuses et choisir un désherbant sélectif spécial gazon. Ce produit agit sur les plantes indésirables, sans toucher au graminées d’herbes.
  • si la pelouse est totalement envahie, il n’y a malheureusement pas le choix : il faut la refaire entièrement.
  • On peut aussi, dans le premier et le second cas, passer par un désherbant thermique, qui va brûler les mauvaises herbes.

    Comment arracher la mousse

    Pour enlever la mousse qui s’est formée sur sa pelouse, il y a deux solutions :

    • on peut scarifier son terrain. Cela consiste à ratisser sa pelouse pour enlever la couche de mousse qui s’y trouve. Cela permet aussi d’éliminer la couche de feutre qui s’est formée au fil des années, et qui empêche la pelouse de respirer. On utilisera pour ça un scarificateur manuel (une sorte de râteau), électrique ou thermique.
    • utiliser un produit antimousse, qui s’attaque au végétal et le détruit. Il faudra ensuite ramasser les résidus de mousse au râteau, non seulement pour ne pas étouffer le gazon, mais aussi car ils contiennent des doses chimiques qui pourraient polluer le sol.

    Dans tous les cas, il ne faut pas perdre de vue que la présence de mousse prouve un déséquilibre : terrain trop acide, trop ombragé, trop humide etc. Donc, pour ne pas qu’elle revienne, il peut être utile de s’attaquer aux causes de ce déséquilibre, par exemple en ajoutant un amendement, en aérant la terre etc. En ce sens, la scarification est une bonne chose, puisqu’elle permet d’éliminer la couche de feutre qui retient l’humidité et étouffe les herbacées.

    Désherber à la main

    Pour désherber efficacement, il va falloir arracher la partie visible de la plante (tige, feuilles) mais aussi et surtout la partie cachée : ses racines. Il ne faut pas couper à ras par exemple, car les racines continueraient à se développer sous terre, et donneraient une nouvelle plante qui serait plus difficile à déloger.

    Il faut donc bien faire attention à enlever toute la plante en entier, et c’est là toute la difficulté. En effet, toutes les espèces sont différentes :
    certaines, comme les chardons, ont des racines qui s’enfoncent à la verticale, et qu’il est difficile de déloger.
    d’autres, comme le trèfle, ont au contraire des racines très fragiles, qu’il faut éviter de casser pour ne pas que la plante s’étende.

    Une bonne connaissance des adventices est donc de rigueur. Cela vous permettra de savoir à quoi vous attendre, et vous pourrez ainsi utiliser le matériel adéquat. Par exemple, pour des racines fragiles qui partent dans tous les sens, il ne vaut mieux pas utiliser de couteau désherbeur, car cela risquerait de les casser et on en oublierait. Au contraire, cet outil peu aider à déloger une grosse racine enfouie profondément.

    Dans ce dernier cas, pensez bien à n’enlever que la plante, et à remettre la terre qui se serait agglutinée autour des racines. Donc secouer bien la mauvaise herbe, afin que la pelouse ne ressemble pas à un champs de bataille, avec des trous un peu partout.

    Pour faciliter l’arrachage à la main, attendez que la terre soit assez meuble, par exemple après qu’il ait plu. Les racines viendront beaucoup plus facilement, et le désherbage sera moins laborieux.

    Désherber avec un produit désherbant

    Par commodité, ou parce que la pelouse est déjà trop envahie par les mauvaises herbes, on se tourne vers un produit désherbant. Si il est en effet moins fatiguant d’appliquer un produit que d’arracher les adventices à la main, sachez que le désherbage chimique nécessite quelques précautions.

    Un produit désherbant se présente principalement sous deux formes :
    sous forme liquide. On va alors le diluer et le projeter sur les mauvaises herbes à l’aide d’un pulvérisateur ou d’un arrosoir
    sous forme solide. On va alors l’épandre, à la main ou à l’aide d’un épandeur.

    Il existe plusieurs types de produits désherbants, suivant le type d’action recherché ou le type de plante à désherber.

    Les produits à action ciblée agisse sur une partie bien précise des adventices. On trouve par exemple des désherbants :

    • foliaires, utilisés pour détruire les feuilles
    • anti-germinatives, pour détruire les graines contenues dans le sol, et les empêcher de germer
    • racinaires, utilisés contre les racines
    • de pré-levée, à utiliser avant que les mauvaises herbes ne sortent de terre
    • de post-levée, à utiliser au contraire une fois qu’elles sont sorties de terre

    Certains herbicides sont destinés à une variété bien précise de plante. On les appelle les désherbants sélectifs ; c’est le cas du désherbant anti-liserons par exemple.

    Au contraire, on trouve d’autres herbicides, les désherbants totaux, qui sont efficaces sur un grand nombre de graminées annuelles et vivaces, notamment les adventices. Cependant, attention, à cause de leur grand rayon d’action, il est possible qu’ils nuisent aussi aux herbacées de votre gazon. A utiliser donc localement, en l’appliquant sur la plante.

    Le désherbage thermique

    Moins connu que l’arrachage des mauvaises herbes à la main ou à l’aide d’un herbicide, le désherbage thermique fonctionne de la manière suivante :
    à l’aide d’une sorte de chalumeau, on se promène sur sa pelouse
    dès qu’on trouve une mauvaise herbe sortie de terre, on va chauffer la partie visible (feuilles, tige) afin de l’affaiblir
    on laisse la plante sur place et on passe à la suivante

    Attention, au départ, on a tendance à vouloir laisser l’applicateur sur la plante, afin de la brûler. C’est logique, mais ce n’est pas la bonne méthode. Il faut au contraire la chauffer pour l’affaiblir, la laisser cicatriser, puis repasser quelques jours après pour l’affaiblir de nouveau, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle meure d’elle même. En faisant un seul passage, la mauvaise herbe risque de cicatriser et de repartir de plus belle.

    Ce procédé est utile au printemps, lorsque l’on s’aperçoit que certaines mauvaises herbes sont sur le point de germer, et que l’on a pas le temps de les arracher. On peut alors faire un passage avec un brûleur pour empêcher la propagation des ces adventices, et repasser ensuite.

    Le désherbage thermique est une bonne alternative à l’utilisation d’un herbicide. Bien qu’il évidement moins polluant pour le sol, son utilisation n’est pas non plus anodine pour l’environnement, puisque l’utilisation de certains appareils dégagent une quantité non négligeable de dioxyde de carbone.

    Fabriquer son désherbant naturel

    Bien moins chimique qu’un herbicide, le désherbant “fait maison” permet d’éviter les risques de pollution du sol, par une mauvaise utilisation d’un produit. Voici quelques recettes glanée ici et là :

    • désherbant à base de vinaigre blanc. Faire tout simplement bouillir de l’eau avec du vinaigre blanc, et verser localement sur les mauvaises herbes. Attention, l’acidité du vinaigre pourrait tout de même acidifier le sol, et favoriser l’apparition de mousse. Il faut donc bien veiller à l’appliquer localement sur l’adventice.
    • désherbant à base d’eau de cuisson de féculent. Lorsque vous faites cuire des pâtes ou du riz, vous pouvez garder l’eau et la verser encore chaude sur les mauvaises herbes.

    Le désherbage en résumé

    Pour conclure, le désherbage de sa pelouse est une étape indispensable pour garder un gazon dense, avec des herbacées en bonne santé. Les mauvaises herbes, habitantes légitimes de votre terrain, véhiculent en effet des maladies et peuvent vite coloniser une partie, voir la totalité de votre terrain.

    Le désherbage est donc malheureusement une étape obligatoire dans l’entretien de sa pelouse. Une à deux fois par an suffise en général, au printemps pour éliminer rapidement les mauvaises herbes avant leurs phases de croissance, et éventuellement à la fin de l’automne pour laisser sa pelouse propre pour l’hiver.

    Pour réaliser cette tâche, plusieurs choix s’offre à nous :

    • désherber à la main, en prenant soin de bien enlever les racines.
    • désherber avec un herbicide, voir une préparation maison.
    • désherber en chauffant et affaiblissant les adventices.

    Pour la mousse, le mieux est de scarifier son terrain, ce qui éliminera en même temps le feutre de votre pelouse et laissera ainsi respirer les herbacées.