Parmi toutes les tâches que l’on effectue pour entretenir son gazon, la tonte de pelouse est sans doute la plus connue et la plus courante. On n’imagine pas en effet laisser son gazon à l’abandon. Le résultat serait immédiat : un aspect négligé dès les premières semaines, et au bout de quelques mois, un aspect “terrain vague”.

Mais même si la tonte de pelouse donne un gazon plus beau, on ne tond pas uniquement que pour le côté esthétique. En effet, en coupant les brins d’herbes, on va augmenter leurs densités, ce qui va limiter le nombre de mauvaises herbes. Celles-ci n’ont tout simplement plus la place pour pousser et se développer.

Tondre a donc un double effet bénéfique : sur l’aspect esthétique et sur la santé des herbacées.

Quand faut-il tondre ?

Cela dépends des saisons. Habituellement, on conseille de commencer à tondre après l’hiver, quand les gelées sont terminées. Donc, suivant les régions, vers le mois de mars ou d’avril. Ensuite, il faut s’arrêter avant les premières gelées, c’est à dire vers octobre. On peut se tenir à la règle suivante : en général, on tonds du printemps à l’automne.

La fréquence des tontes dépends du type et de l’usage que l’on fait de sa pelouse.

  • Pour un gazon rustique ou un usage courant voir sportif, une tonte par semaine ou tous les 10 jours est suffisant.
  • Pour une pelouse qui nécessite plus d’entretien (gazon d’ornement, gazon anglais), on commence à tondre plus souvent.

L’extrême serait un green de golf, où l’on fait une tonte de pelouse tous les jours !

Attention, l’été, où lorsqu’il fait très chaud, on espacera un peu les tontes. 12 jours par exemple pour un gazon rustique. Cela particulièrement valable pour les pelouses situées dans le sud, qui bénéficient d’un climat méditerranéen.

Autre point important, on ne tonds pas sa pelouse si le temps est humide ou trop chaud. En effet :

  • Par temps humide, l’herbe mouillée glisserait sur les lames, provoquant une coupe irrégulière. C’est pourquoi on évite de tondre sa pelouse le matin, à cause de la rosée.
  • Par temps trop chaud ou lors de sécheresse, on ne tonds pas non plus. On préfère au contraire laisser une bonne longueur à son gazon. Cela évite le jaunissement des brins d’herbe, que l’on peut observer par forte chaleur.

En résumé, on tonds de mars à octobre. environ toutes les semaines. L’été, on espace un peu les tontes en raisons des fortes chaleur. Et on évite les temps humides.

En suivant ces conseils, vous devriez avoir un beau gazon bien dense.

Tonte de pelouse, comment faire ?

Tout d’abord, commencez par faire un tour de votre jardin, en le débarrassant de tout ce qui pourrait vous gêner. Par exemple, des jouets d’enfants : ballons, cordes à sauter, vélos, quilles… Mais aussi des branches ou des cailloux. Bref, tout ce qui va vous gêner par la suite doit être enlevé. Cette étape vous fera ensuite gagner du temps.

Ensuite, équipez vous d’un pantalon ample, qui protégera vos jambes de tout projectile éventuel. et des chaussures antidérapantes. Ou même mieux, de bottes. Chaque année, de bêtes accidents arrivent. Aussi, assurez vous d’être bien équipé.

Puis, vous pourrez commencer la tonte de votre pelouse. Nous reparlerons de l’équipement plus loin, mais pour faire simple, il existe différents types de tondeuse. Le choix de cet appareil dépend principalement de la taille de votre terrain et de l’effort que vous voulez fournir. On peut aussi regarder l’autonomie, ainsi que le type de ramassage des résidus de la tonte.

Commencez par tondre les bords. Par exemple, l’herbe qui se trouve à côté des allées. Ou encore autour de la balançoire, ou des massifs, des arbres fruitiers etc. Cette tâche fastidieuse vous fera là aussi gagner du temps au final, car ensuite, vous n’aurez plus d’éléments délicats à gérer, et vous pourrez terminer rapidement.

Faites des allers retours sur la surface restante. Une fois que vous avez choisi un sens, tenez vous y ! Par contre, rien ne vous empêche de changer de direction d’une tonte de pelouse à l’autre.

Si votre terrain est en pente douce, vous pouvez tondre votre gazon dans n’importe quel sens : haut – bas – haut ou droite – gauche – droite. Si par contre, la pente est forte, il vaut mieux privilégier la tonte de haut en bas et de bas en haut, pour éviter que la tondeuse ne se renverse sur le côté.

Pour une finition impeccable, utilisez un coupe bordure. Cela vous permettra d’avoir des démarcations bien nettes.

Quelques conseils supplémentaires :

  • si votre gazon est trop long, par exemple après un retour de vacances, procédez en plusieurs passes. Commencez par un premier passage en retirant quelques centimètres, puis un second pour atteindre la taille voulue. Une seule passe risque de bourrer votre bac de ramassage, et de donner une tonte irrégulière
  • si vous souhaitez passer un fertilisant (engrais) ou un désherbant, attendez quelques jours après avoir tondu.

A quelle hauteur tondre sa pelouse ?

Encore une fois, tout dépend ! Tout dépend du type de pelouse que vous avez :

  • un gazon d’ornement ou anglais nécessitent un gros entretien, car ce type de pelouse doit être coupé assez court. Environ 3 centimètres. Il faudra particulièrement le surveiller, car sa faible hauteur est propice à l’apparition de mauvaises herbes.
  • un gazon de détente (utilisé pour des usages courants, c’est à dire modérément piétiné), peut être coupé plus long que le gazon anglais, à 8 centimètres par exemple.
  • un gazon dédié au sport doit être coupé encore plus long, à une dizaine de centimètres. La raison est simple : ce gazon sera beaucoup plus piétiné, il a donc besoin de racines plus longues pour rester bien ancré dans le sol. Car les racines de l’herbe sont proportionnelles à la taille du brin d’herbe.

Quelques ajustements :

  • si le temps est très chaud, il faut éviter de couper sa pelouse trop court. Ajouter quelques centimètres aux précédents chiffres
  • si l’on veut pratiquer l’herbicyclage, appelé aussi mulching, laisser une hauteur suffisante pour ne pas étouffer l’herbe. 8 centimètres est conseillé

Dans tous les cas, ne pas couper plus d’un tiers des brins d’herbe. Cela fragiliserait trop votre gazon. Si vous devez enlever plus d’un tiers de la hauteur, par exemple après un retour de vacances, procédez en plusieurs passes et espacez ces passes de quelques jours. Vous retrouvez ainsi un gazon beau et dense.

Attention, on parle ici de conditions de tonte normal. Si on souhaite refaire son gazon, c’est une autre affaire, il faudra alors couper sa pelouse le plus court possible, pour éliminer plus facilement l’herbe existante.

Tonte de pelouse : gérer les résidus d’herbe

Que faire des brins d’herbe une fois qu’ils ont été coupés ? Plusieurs solutions existents.

Vous pouvez tout simplement la laisser sur place. Cela s’appelle l’herbicyclage. C’est de loin la solution la plus simple et la plus rapide. et contrairement à ce que l’on pense, c’est très bon pour l’herbe. Une seule restriction : tondre sa pelouse en petits bouts fins afin qu’ils se dégradent rapidement.

Sinon, si votre herbe n’a pas été traitée, vous pouvez directement la déposer au compost. Ou vous pouvez aussi vous en servir de paillage. Le paillage est une solution écologique qui consiste à étaler les brins d’herbe sur une couche de 3 centimètres, dans votre potager ou aux pieds des arbres. En hiver, cela forme une couche protectrice contre le gelée, tandis qu’en été cela lutte contre l’évaporation de l’eau par les racines. Cela apporte aussi des éléments nutritifs aux plantes. Enfin, cela assure une bonne qualité de votre sol, en favorisant les insectes et les vers de terre. Et cela réduit même les mauvaises herbes !

Mais si votre herbe a déjà été traité, par exemple avec de l’engrais, il vous faudra l’emmener lors de la collecte des déchets. Vous pouvez aussi la brûler. Dans ce cas, gardez les cendres, elles feront un excellent engrais.

Un conseil : si vous devez ramasser l’herbe, attendez le lendemain, cela sera plus facile.

Quel matériel utiliser pour la tonte de pelouse ?

Avant de voir comment choisir, intéressons nous d’abord au type de matériel qui existe sur le marché. Au niveau du fonctionnement, on trouve :

  • les tondeuses électriques : simples d’utilisation, elles nécessitent peu d’entretien. Une rallonge est à prévoir car elle doivent impérativement être branchées sur une prise pour fonctionner.
  • les tondeuses thermiques (à essence) sont autonomes mais nécessitent pas mal d’entretien, et leur utilisation est plus onéreuse. Il faut en effet acheter de l’essence pour les faire fonctionner. Elles sont aussi plus bruyantes. Il en existe des versions tractées ou poussées.
  • les tondeuses à batterie : elles sont autonomes, mais conviennent surtout pour des surfaces plus petites ou moyennes.
  • les tondeuses autoportées, qui sont surtout destinées aux grosses structures car spécialisées dans les grandes surfaces.
  • les tondeuses manuelles : ce sont les plus écologiques, mais elles nécessitent quelques efforts de votre part. Elles peuvent être utilisées pour la tonte de pelouse de surface petite ou moyenne.

Au niveau des lames, on trouve des tondeuses avec des lames standards ou hélicoïdales. Ces dernières permettent une coupe plus nette, plus franche.

Ensuite au niveau des accessoires, on trouve des tondeuses équipées de bac de ramassage. Ceux-ci peuvent être en plastique ou en toile. Sur les tondeuses sans sacs, l’herbe est libérée, soit latéralement, soit par l’arrière.

On trouve aussi des tondeuses sur coussin d’air, ce qui permet d’éviter les traces de roues. Elles sont particulièrement appréciés des jardins anglais.

Pour une finition impeccable, il peut être utile de s’équiper d’un taille bordure. La démarcation entre le gazon et la bordure sera nette, le contraste entre ces deux éléments sera plus important.

Comment choisir sa tondeuse

Après avoir vu les différents choix possibles, vient le moment de choisir. Là, tout est affaire de goût et bien sur de prix. Pour ne pas se tromper, il faut prendre en compte plusieurs paramètres :

  • la taille de votre terrain : pour une petite surface, une tondeuse thermique n’est pas nécessaire. De même, pour une grande surface, la tondeuse manuelle est plutôt déconseillée.
  • l’effort que l’on veut produire : il est évidemment plus confortable de rester assis que de marcher derrière sa tondeuse. A réfléchir sur le long terme !
  • le type de ramassage : vous voulez pratiquer l’herbicyclage ? Vous n’avez pas besoin d’un sac de ramassage. Vous avez traité votre pelouse et souhaitez brûler les résidus de tonte ? Un sac de ramassage est alors indispensable.
  • l’autonomie : concerne uniquement les tondeuses à batterie.
  • le prix : les tondeuses thermiques sont les plus onéreuses, et leur entretien est aussi le plus coûteux. Viennent ensuite les tondeuses à batteries et électriques. Puis les tondeuses manuelles, qui sont les moins chers. Les tondeuses autoportées sont les plus chères mais ne concerne que les grandes structures (green de golf, terrain de foot). Nous n’en parleront pas ici.
  • l’entretien : il est quasi nul sur tous les systèmes de tondeuse, excepté les tondeuses thermiques.

Tonte de pelouse, conclusion

En résumé, la tonte de sa pelouse permet d’obtenir un gazon propre, et de limiter la propagation des mauvaises herbes. Utile lorsque l’on n’aime pas désherber ! C’est une tâche d’entretien courante, au même titre que l’arrosage pelouse par exemple.

On tonds son gazon du printemps à l’automne, à une hauteur de huit ou dix centimètres pour un usage normal. Les résidus peuvent être laissés sur place, si l’on pratique l’herbicyclage.

Il peut être utile de s’équipe d’un taille-bordure pour avoir des démarcations de terrain bien nettes. Pour le choix de la tondeuse, tout est affaire de goût, de budget, et de surface de terrain.