Herbicyclage

Qu’est ce que l’herbicyclage ? Le cycle de l’herbe ? Le recyclage de l’herbe ? Un peu les deux à la fois ! Pour faire simple, c’est lorsqu’on laisse sur place l’herbe coupée après avoir tondu. Cela va produire naturellement de l’engrais pour le gazon. C’est une bonne pratique qui tends à faciliter l’entretien de la pelouse.

Chaque brin d’herbe fait une sorte de cycle : il grandit grâce à l’engrais naturel d’un précédent brin d’herbe. Puis il est coupé à son tour, et fourni de l’engrais à ses voisins. On appelle aussi cela le mulching.

C’est aussi une très bonne manière de recycler l’herbe. Et il y a d’autres avantages. Parmi ceux-ci :

  • une réduction du temps passé à tondre
  • une réduction du temps passé à l’entretien
  • un renforcement de la santé de la pelouse
  • une réduction du volume des déchets
  • des racines tonifiées, plus résistantes aux maladies, aux insectes, à la sécheresse

Avant de voir ses bienfaits en détails, sachez que l’herbicyclage est utilisée par de nombreuses municipalités, justement parce que cela réduit les coûts d’entretien. Cela diminue aussi le temps passé à s’occuper des pelouses. Le temps passé à ramasser les brins d’herbes peut être employé à autre chose. Ainsi que le temps passé à acheminer les résidus de tonte, le temps passé à gérer le compost, à passer de l’engrais, etc.

L’herbicyclage fait parti des bonnes pratiques écologiques lorsque l’on a une pelouse. On parle de pelouse durable. Ce sont des pelouses où l’on essaie au minimum d’utiliser des engrais et produits chimiques. Où l’on essaie aussi de réduire les dépenses liées à l’arrosage. Et sans rogner sur l’esthétique !

Une réduction du temps passé à tondre

On estime en moyenne que 30% du temps passé à tondre est utilisé pour gérer les résidus de coupe. Cela peut être du temps passé à ramasser l’herbe coupée au rateau. Ou alors, du temps passé à emmener le sac de la tondeuse au compost, à le vider, à le remettre etc. En pratiquant l’herbicyclage, vous économisez donc 30% de votre temps alloué à tondre.

Mettons que vous faites 25 tontes dans l’année, et que vous y passez 2 heures à chaque fois. Vous allez réduire le temps de chaque tonte d’un peu plus d’une demi-heure. A la fin de l’année, c’est environ 12 heures de gagné, que vous pourrez employer à faire autre chose que tondre. Un temps non négligeable, si ?

Une réduction du temps passé à l’entretien

Pour l’entretien, je ne veux pas parler ici du temps passé à tondre. Je veux parler du temps passé à arroser votre pelouse, à ajouter de l’engrais, à enlever les mauvaises herbes… Toutes ces tâches seront réduites si vous pratiquez l’herbicyclage. Voyons comment.

L’herbicyclage = moins d’arrosage

Habituellement, comme le haut des racines d’un brin d’herbe est en contact avec l’air, de l’eau s’évapore de ces racines. Le brin d’herbe se déshydrate et il faut éventuellement apporter un supplément d’eau en arrosant. En pratiquant l’herbicyclage, l’herbe coupée va former sur la pelouse une fine pellicule qui va maintenir les racines à l’ombre et empêcher l’évaporation de l’eau des racines.

De plus, l’herbe coupée est composée à plus de 50 % d’eau. de l’eau qui va naturellement profiter au gazon lorsque les résidus d’herbe seront décomposés. C’est autant d’eau que l’on n’aura pas à fournir au gazon en arrosant. D’où les économies de temps (passé à arroser) et financières (prix de l’eau).

L’herbicyclage = moins d’engrais

En se décomposant, les brins d’herbes produisent naturellement des éléments. De l’azote, du potassium, du phosphate pour être précis. Ces éléments sont bénéfiques au gazon, qui en a besoin pour grandir et qui va donc les absorber. On obtiendra donc un gazon en bonne santé, sans ajouter d’engrais. Autant de temps économisé, ainsi que d’argent.

De plus, l’engrais n’est pas toujours bon pour l’environnement ou les êtres vivants. Certains peuvent provoquer des allergies. Les animaux domestiques peuvent êtres malades si ils ingurgitent de l’engrais. Avec l’herbicyclage, plus de soucis. Cale ne pollue pas est animaux-friendly ! Une bonne prtaique donc, pour vivre sainement.

L’herbicyclage = de mauvaises herbes

En ayant un gazon vigoureux, en bonne santé et qui pousse bien, les brins d’herbe sont plus grands et plus forts. Ils captent plus facilement les éléments nutritifs contenus dans le sol, et prennent de la place. Au sens propre comme au figuré, ils font de l’ombre aux mauvaises herbes en les étouffant.

Ainsi, les mauvaises herbes ont peu de place pour se développer. elles ont une faible exposition au soleil, et n’ont pas assez accès aux éléments nutritifs. ainsi, elles se développent peu. Pour vous, c’est autant de temps de gagner à désherber, tâche ô combien inintéressante !

Une renforcement de la santé de la pelouse

Comme on l’a vu, les brins d’herbe vont absorber l’eau contenue dans le gazon coupé, ainsi que divers éléments nutritifs (azote, potassium, phosphore). Ainsi, si pour une raison ou une autre vous avez choisi de ne pas arroser votre gazon, ou de lui fournir de l’engrais, il bénéficiera quand même d’un apport d’eau et d’éléments nutritifs.

Par exemple, si pour des raisons écologiques, vous choisissez de ne pas ajouter d’engrais, votre pelouse pourrait avoir des carences. Ou alors, si par manque de temps vous ne souhaitez pas arroser votre gazon, les brins d’herbe pourraient être déshydratés.

Avec l’herbicyclage, plus de soucis. Au apport non négligeable d’eau et d’éléments nutritifs est garanti. Votre pelouse sera en meilleure santé, plus belle, plus vigoureuse.

L’herbicyclage permet aussi évidemment de réduire le volume de déchets. Concrètement, puisque l’herbe coupée est laissée sur place, on n’a plus à la déplacer ni à la stocker; Seul les quelques mauvaises herbes (pissenlit par exemple) devront être mises au compost ou jeter.

C’est évidement pour cela que l’herbicyclage séduit les municipalités. Imaginez le volume de déchets que produit la tonte d’un parc par exemple. L’herbe coupée doit être ramassée, transportée, stockée. La gestion d’un espace de stockage demande du temps et de l’argent pour les municipalités. En laissant tout sur place, on réduit le volume de déchets, et on réalise de belles économies.

Enfin, nous avons vu que la pelouse était en meilleur santé, puisqu’elle avait un apport constant en eau et en éléments nutritifs. Cependant, l’absorption de ces derniers est plus difficile que l’engrais. en effet, l’engrais est conçu spécialement pour être absorbé facilement.

En faisant l’effort d’absorber du gazon décomposé, les racines des brins d’herbe deviennent plus fortes. Ainsi elles luttent plus facilement contre les maladies, mais aussi contre les insectes nuisibles ou la maladie.

Cela rejoint l’idée qu’avec l’herbicyclage, le gazon est en meilleur santé.

Finalement, c’est aussi simple que ça ? Lorsque l’on tond la pelouse, il suffit de laisser les résidus de gazon sur place ? Puis des micro-organismes vont réduire ces brins d’herbe coupé en eau et en élément nutritif ? Je vais donc économiser de l’argent (en arrosage, en engrais) et du temps (ramassage de déchets, désherbage) ? Ma pelouse sera en meilleure santé ? Les racines plus fortes, plus résistantes, le gazon plus dense et plus haut ?

Oui, c’est quasiment ça, à condition de respecter quelques règles simples pour la tonte de son gazon. Voici ces règles :

  • Excepté pour la première et la dernière tonte de l’année (respectivement vers mars et vers octobre), l’herbe ne doit jamais être coupée en dessous de 8 centimètres. Ainsi, on empêche les mauvaises herbes d’avoir accès au soleil et de se développer.
  • On ne doit jamais couper plus d’un tiers du brin d’herbe. Concrètement, lorsque le brin d’herbe mesure 11 à 12 centimètres, on le coupe de manière à ce qu’il mesure 8 à 8,5 centimètres. Ainsi on enlève des petits bouts d’herbe, qui seront facilement décomposés par les micro-organismes.
  • Il ne faut pas tondre par temps de sécheresses ou de canicule, pour que les brins d’herbe gardent le maximum d’eau et se déshydratent le moins possible.
  • Il ne faut pas tondre si la pelouse ou le feutrage est humide au toucher. En ajoutant une couche d’herbe coupée sur un feutrage humide, on l’empêcherait de sécher en bloquant l’évaporation. Et un feutrage humide peut provoquer l’apparition de mousse dans la pelouse. Il faudra ensuite scarifier son gazon, donc autant s’en passer en évitant de tondre sur une pelouse humide.

Pour plus de détails, voir le dossier spécial sur la tonte du gazon.

Au niveau du matériel à utiliser pour tondre, il faut :

  • soit prendre une lame normale, mais bien l’aiguiser. Ainsi elle va bien trancher l’herbe et faire des bouts relativement petits.
  • soit acheter une lame spéciale pour l’herbicyclage, lame appelée “lame déchiqueteuse”. Celles-ci sont conçues spécialement pour faire des bouts d’herbe très fins. Leur fonctionnement est simple : au lieu de couper l’herbe une fois, la lame fait plusieurs passages ce qui permet d’obtenir des bouts très fins qui seront plus facilement biodégradables par les micro-organismes.

Rappelons que si l’on laisse de gros bouts d’herbe sur le gazon, ceux-ci se dégradent plus lentement, ce qui risque d’étouffer un peu les racines et créer une couche de feutrage.

Les lames déchiqueteuses sont donc un bon choix pour pratiquer l’herbicyclage. Ces lames se montent facilement sur des tondeuses, elles sont conçues pour s’adapter à tous les formats standards.

Mythes et réalités sur l’herbicyclage

On entends parfois dire que l’herbicyclage sent mauvais, provoque des dégâts sur la pelouse ou augmente le risque de maladies. C’est entièrement faux. Si les morceaux sont coupés assez fins, ils se dégradent en 48 heures et ne génèrent aucune mauvaise odeur. Nous avons aussi vu que cela permettait au contraire d’obtenir une pelouse plus vigoureuse, et plus résistante aux maladies.

De même, cela n’augmente pas la présence de feutre, ni n’étouffe pas la pelouse.

Ces affirmations sont probablement le retour de personnes ayant tondu leur gazon trop court, ou lorsque leur pelouse était humide. Mais en suivant les conseils énoncés ci dessus pour tondre sa pelouse, il n’y a aucune raison que cela ne se produise.

Pour rappel :

  • ne pas couper plus d’un tiers des brins d’herbe
  • laisser au moins 8 centimètres de hauteur
  • ne pas tondre par temps humide ou lors d’une canicule
  • utiliser une lame bien aiguisée ou mieux : une lame déchiqueteuse

Avec ces bonnes pratiques, l’herbicyclage sera une réussite pour votre pelouse. Cela vous fera économiser du temps sur l’entretien, et de l’argent sur les produits. Et sans aspects négatifs.

Recevez gratuitement le guide d'entretien de la pelouse par email !